Vitrines

Ma vitrine d’atelier

J’y mets les nouveaux portraits, des objets, des mots. Je fais tourner les têtes, je crée des ambiances, je dépose mon humeur du jour. Parfois je suis flamenco et tout s’enflamme, parfois je me sens sacrée et je veux du feutré, de la plume, du blanc. Parfois je ris, je fais des blagues, des associations cocasses. C’est comme une petite scène qui remue, apaise, questionne.

Petit à petit des liens se sont tissés avec les pêcheurs du lieu. Ceux qui passent en voiture et jettent vite un œil avant de tourner, ceux qui déambulent la nuit, ceux qui passent et ceux qui habitent là, les fidèles et les occasionnels, les critiques et les discrets, les transparents qui un jour me lâchent un « merci » et puis « continuez » sans me regarder.

Ma vitrine est un petit lac dans lequel on puise et cet honneur me donne le courage d’exposer encore. Car ma vitrine parle de moi et signe la fin d’un processus, celui où j’étais dans l’intimité de la création,  seul maître à bord. Une fois dans ma vitrine mon travail ne m’appartient plus. Et d’ailleurs,  s’ y reflètent la place du Terrail et le regardeur. L’aventure commence !

« 1 de 2 »